« Double Je » par Christian Caujolle, catalogue de l’exposition à la Galerie le Château d’eau

 

« On sait, dès le premier regard, que le travail photographique de Dominique Delpoux est basé sur des décisions, des prises de position strictes et qu’il a fait des choix précis qui le situent clairement dans un des territoires de la pratique contemporaine : le style documentaire.

Cette notion, longtemps méprisée par les tenants des « Beaux Arts » ou, plus récemment, de la « Photographie Plasticienne », a retrouvé récemment sa place à la fois dans le champ de la photographie et dans celui des arts visuels grâce, entre autres, aux études et expositions consacrées à l’Allemand August Sander. Il ne s’agit évidemment pas ici de comparer le travail de Dominique Delpoux à celui d’un artiste des années trente qui poursuivait le rêve impossible de résumer la société dans laquelle il vivait par une série de portraits qui synthétiseraient, avec une troublante prétention à l’objectivité ou à la science, les strates et les figures déterminantes du monde qui l’environnaient.  Mais ce choix du « style documentaire » et les implications qui en découlent permettent de situer le travail de façon plus précise dans le champ de la production contemporaine.

La première caractéristique de l’approche est, évidemment, son attachement à traiter de questions sociales. Elle interroge le monde d’aujourd’hui, en se démarquant du reportage, de l’anecdote, du récit, de tout « instant décisif » et en mettant en place des dispositifs contraignants qui seront productifs de photographies exigeant de la part de celui qui regarde une réflexion allant au-delà de la seule contemplation – ou consommation – de l’image. C’est donc tout naturellement (autre caractéristique du style documentaire) que le travail s’organise par séries qui, à chaque fois, traitent du quotidien, voire du banal, mais le mettent en crise et nous demandent d’être attentif à tout ce qui n’est pas spectaculaire dans notre société mais en fonde les fonctionnements.  Pour prendre un seul exemple, celui des uniformes, pourquoi, et comment, tous ces individus vêtus de la même manière restent-ils différents, pourquoi et comment conservent-ils leur identité propre alors que les signes vestimentaires ont pour fonction de les rendre « identiques » au nom d’une pratique professionnelle ?  Il est clair, mais nous y reviendrons, que le choix de la répétition précise du cadre, qui évacue l’anecdotique, nous oblige à nous porter sur les visages, ce qui est une façon de questionner la notion même de portrait, l’un des genres dominants du moment, dans le secteur de la presse entre autres.

Comme il  a décidé d’interroger les fondamentaux – et les limites – de la photographie, Dominique Delpoux s’est attaqué à l’une des plus troublantes et des plus méconnues – ou non analysées – composantes  de l’image argentique, celle du temps. Il n’existe actuellement aucune étude sérieuse sur ce qui différencie (et il s’agit d’une question fondamentale) le temps de notre réel -celui de notre expérience du monde- de cet étrange temps de la photographie, prise en quelques centièmes de secondes et versée à une forme d’éternité dont les rythmes de pertinence seront toujours différents en fonction de la pratique de l’opérateur et de ses intentions. Ce qui l’a amené à produire des diptyques, à concevoir une approche binaire des personnages dont il décidait de questionner la situation ou le vécu. »