Les mineurs de Carmaux

Les mineurs de Carmaux sont nationalement connus pour les mouvements sociaux qu’ils initièrent et leur importance dans l’histoire. Notamment les grèves de 1892-1895 qui furent les premières dans les mines de charbon françaises et dont on pense qu’elles sont à l’origine de la conversion de Jean Jaurès au socialisme.

Venus de toute l’Europe et d’Afrique du nord, du temps ou le charbon était la principale énergie, ils sont aujourd’hui retraités et les mines sont fermées.

J’entreprends de photographier les anciens mineurs de fond chez eux avec leur épouse. Au sein de ce décor quotidien familier, seul le choix du cadre et des moments retenus m’incombent. Je ne déplace pas les objets, guide le moins possible le maintien des modèles, n’évoque aucune action. L’attitude des sujets dépend de leur culture et de l’image qu’ils souhaitent donner d’eux-mêmes. De ces portraits de couples je retiens des visages de conjoints unis jusqu’à la ressemblance physique. L’un à côté de l’autre, chacun se révèle face à l’objectif, témoin d’une pose créée pour la photographie.

Série réalisée en 1993 à Carmaux, Tarn (France).

Lire le texte de Patrick Roegiers ⇒